Le konjac : pourquoi et comment le prendre ?

Vous avez sûrement déjà entendu parler du konjac. Avec les beaux jours qui se profilent et -on l’espère- l’ouverture prochaine des plages, se profile aussi l’épreuve du maillot. Exit les régimes sauvages qui ne sont pas toujours d’une efficacité très saine pour l’organisme, place au rééquilibrage alimentaire. Si vous rêvez d’une silhouette parfaitement dessinée pour se pavaner sans complexes à la plage ou dans votre slim jean préféré, c’est le moment de vous pencher sur les fourneaux et de découvrir ce superaliment.

Mais qu’est-ce que le konjac ?

Vous avez sûrement déjà croisé ces éponges Konjac, antibactériennes et exfoliantes pour le soin du visage. Et pourtant, le konjac se mange ! Au Japon, il s’agit d’un aliment populaire, originaire de l’Asie, qui se consomme depuis plus de deux mille ans. Le konjac y est très consommé, sous forme de nouilles notamment. Appartenant à la famille des aracées (araceae), c’est une plante qui peut atteindre les 80 cm de circonférence et un ingrédient phare de la cuisine asiatique. On extrait du glucomannane de sa racine, employé comme épaississant alimentaire. Doté de multiples vertus, il occupe cependant une place de choix dans un régime équilibré. Il agit notamment comme coupe-faim et permet au corps de lancer le processus d’amaigrissement. Parmi les bienfaits de la gélule de konjac, on note un fort pouvoir de satiété dû au fait qu’il gonfle une fois ingurgité, et une très faible teneur en calories.

konjac

Les différentes formes du konjac

Dans sa forme brute, le konjac se présente comme un gros tubercule. En bloc, on l’appelle konnyaku et on le consomme découpé en morceaux dans un bon curry de légumes par exemple. Une précaution s’impose toutefois, car avant de le cuisiner, il faut le mettre à bouillir et le rincer de nouveau. Il sait aussi se montrer plus raffiné dans nos assiettes, sous forme de vermicelles qu’on appelle shirataki ou de tagliatelles (kishimen).

En salade, crudité, pâtes ou en ragoûts… Il y a de nombreuses façons de déguster le konjac. Son goût est très neutre et indéfinissable : ferme mais élastique en bouche, il s’imprègne assez facilement de la saveur de l’aliment qui lui est associé, tout en transparence. Il peut ainsi accompagner un plat de légumes ou de viande. Toutefois, nous le recommandons surtout pour un régime riche en végétaux, en raison de son manque de vitamines et de minéraux.

Similaire mais moins lourd que les pâtes au blé habituelles, le konjac est une bonne alternative à ces dernières et permet de cuisiner des plats diététiques. Au grand bonheur des personnes intolérantes, cet aliment est sans gluten. Sous forme de gelée, le konjac se retrouve dans les préparations d’un large panel de produits alimentaires. En gélules, c’est un coupe-faim diablement efficace.

Pourquoi privilégier le konjac sous forme de gélules ?

Quand le konjac devient gélatineux dans l’estomac, il limite l’absorption des graisses dans les repas, contraignant le corps à puiser dans ses réserves pour avoir l’énergie dont il a besoin. Avec la consommation régulière de cet accompagnement traditionnel, vous ne manquerez pas de constater des effets positifs sur votre silhouette. Combiné à un régime alimentaire sain, le konjac contribue à l’amincissement, sans pour autant être un vrai brûle-graisses. C’est pourquoi il est tant plébiscité par les personnes souhaitant maigrir. Dans ce cas, il est recommandé de le prendre une demi-heure avant les repas, avec un grand verre d’eau et à raison de deux à trois fois par jour.

C’est important, car le konjac a des propriétés très absorbantes une fois en contact avec du liquide. Il devient alors un gel visqueux, emprisonnant tout ce qui est graisses et sucres dans le tube digestif. Intéressant pour se sculpter un corps de rêve, son intérêt « minceur » réside dans sa capacité à remplir instantanément l’estomac, qui lui a d’ailleurs valu une allégation de la part des autorités européennes en tant qu’aliment favorisant la perte de poids. Dès lors, il sera d’une grande aide à toutes les personnes souffrant d’un excès de poids ou de l’obésité.

Le konjac : un allié santé formidable

Même si le konjac ne regorge pas de vitamines ni de minéraux à l’image des autres super aliments, il a l’avantage de contenir une fibre soluble connue sous le nom de glucomannane. Ce dernier a des vertus anti-cholestérol, même si on s’intéresse plus à sa teneur en calories : effectivement, même le concombre qui jouit d’une excellente réputation en termes d’amaigrissement ne peut se mesurer au konjac avec ses 3 calories pour 100g. Au Japon, qui en a fait une spécialité nationale, le konjac est consommé pour ses propriétés détoxifiantes. Très riche en fibres, il favorise le transit et capture les toxines. Il s’agit de la plus grande source de fibres naturelles qui soit, à hauteur de 64 %, mais également de la plus grande source de probiotiques, que nous savons indispensable pour les micro-organismes intestinaux.

Raison pour laquelle sans doute il agit aussi comme un laxatif et apaise l’estomac aussi bien que les maux de ventre. Par ailleurs, le konjac est susceptible de réguler le taux de mauvais cholestérol et de stabiliser le taux de glycémie. Toutefois, cela ne dispense pas de parler à votre médecin, car cet aliment, même extraordinaire, peut modifier l’action des médicaments. Pour toutes ces raisons, beaucoup classent le konjac parmi les médicaments phytothérapiques.

Un aliment à consommer avec modération

Si vous intégrez le konjac dans votre alimentation, consommez-le à un rythme de deux à trois fois par semaine, idéalement pour remplacer des féculents accompagnant vos repas. Même s’il s’agit d’un rassasiant par excellence, il ne faut tout de même pas en abuser. Une fois dans l’estomac, il prend toute la place et supprime toute envie de consommer d’autres aliments, pourtant utiles pour compléter vos besoins en nutriments. Une surconsommation de konjac est susceptible de dilater l’estomac, provoquant des carences et des ballonnements.

Sa consommation est particulièrement déconseillée chez les enfants à cause de leur petit estomac. Dans le cadre d’un régime amincissant, le consommer sous forme de gélules est plus conseillé, à raison de 3 gélules par jour, avec un décalage d’au moins 2 heures entre chaque prise.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *